L’Etat mobilise pour les start-up stratégiques

Sous l’instigation d’Alain Juillet, le «haut responsable» chargé de l’intelligence économique, des capitaux privés équivalent à 200 millions d’euros seront mobilisés pour garantir l’autonomie financière et la nationalité française de projets dits «stratégiques» (technologies de l’information, aéronautique, énergie, nanotechnologies, défense biensûr…).

L’Etat se contentera d’apporter son «expertise technologique». L’intérêt stratégique des dossiers sera évalué par un comité présidé par Alain Juillet, avec les représentants de quatre ministères. En raison du manque de moyens financiers, les entreprises menant ce type de projets encourent plus de risques que d’autres de tomber sous contrôle étranger et notamment américain.